Transat Jacques Vabre : La confirmation de ma sélection au Vendée Globe 2020

Transat Jacques Vabre : La confirmation de ma sélection au Vendée Globe 2020

Retour à la liste Compétition

Le duo 100% féminin que j'ai formé avec l'irlandaise, Joan Mulloy, est arrivé 25ème de la classe Imoca au bout de 18 jours, 5 heures, 22 min et 5 sec reliant Le Havre à Salvador de Bahia, soit 4 743,51 miles nautiques. Une course durant laquelle nous aurons tout donné, utilisé le vieux « Pingouin » au maximum de son potentiel et réalisé les missions scientifiques et pédagogiques que nous nous étions fixées, portées par 4myplanet.

 

Une course « incroyable »

Départ de la course, dimanche 27 octobre 2019 - la sortie de manche et un golfe de Gascogne ont fait taper notre joli bateau et aussi battre mon coeur très fort. Nous étions avec les 5 plus vieux bateaux, nous naviguions ensemble et en compétition.

Au large des côtes africaines, c’était magique, nous avions des surfs dans des creux allant jusqu'à 6 mètres et des vagues déferlantes. C’est aussi ce moment stratégique qui a requis toute notre lucidité pour bien se placer en approche du fameux Pot-au-noir, qui cette année était très dense et actif. Nous avons finalement réussi à le passer avant de franchir l'équateur, 7epour moi, 1erpour Joan, il ne nous a pas ménagées non plus. Nous naviguions dans une mer plutôt formée. Ce fut costaud.

Enfin, 4myplanet glissait, oui je dis bien glissait et ne tapait plus et ça faisait bien longtemps que ça ne lui était pas arrivé. La mer était enfin rangée, avec une vitesse du bateau entre 14 et 15 nœuds. Nous arrivions à dormir sereinement.

A peine le temps de reprendre notre souffle que le match pour la 24e place avec Pip Hare était lancé. A 4 jours de l'arrivée, on ne concédait pas un seul mille. C'est seulement à quelques dizaines de milles de l'arrivée que Pip nous doublait. Cette course sur le finish avec Pip Hare nous a boostées pour en arriver là. On était plutôt confiantes sur notre avance mais lorsqu’on a vu la taille de son spinnaker - bien plus grand que le nôtre, nous l'étions beaucoup moins…

Nous sommes arrivées 4 jours et 17 heures après le 1er et ... 11 min après Pip Hare.

 

Une équipe qui fonctionne

Nous avons pris du plaisir à naviguer ensemble, à échanger et à prendre en main le plus vieux bateau de la flotte (construit en 1998). Nous avons déploré quelques incidents techniques qui nous ont obligé à nous relayer à la barre en permanence nous exposant ainsi aux conditions difficiles pendant toute la course. Malgré cela, détermination plaisir et sourire étaient au rendez-vous.

 

Des missions scientifiques et pédagogiques accomplies

Au-delà du défi sportif, la Transat Jacques Vabre a été une nouvelle occasion de réaliser des missions scientifiques et pédagogiques portées par 4myplanet (association créée en 2009) dont le but est de participer à la préservation des océans.

Un thermosalinographe, en partenariat avec l'Ifremer et installé sur le bateau, a servi à collecter en surface des données de température et de salinité des océans. Ces indicateurs sont fondamentaux pour suivre l’évolution du changement climatique. J'ai pu continuer à faire comme à chaque course de l'observation de la mégafaune marine surtout au début de la course. Les résultats seront partagés via Obsenmer. Dans le cadre du partenariat entre l'IOC-Unesco et la classe Imoca, nous avons embarqué une sonde Argo fournie par JCommobs qui a été déployée dans le Golfe de Gascogne à un waypoint fourni par les scientifiques. Objectif : collecter des datas en profondeur (à 2000 mètres) de salinité et température.

La sonde remonte à la surface tous les 3 jours pour envoyer des informations in-situ aux satellites qui observent les océans. Les données collectées par le thermosalinographe et le profiler Argo entrent dans une banque mondiale de données à la disposition des chercheurs et étudiants en charge des études sur les océans et le climat.

 

Une mission éducative réussie

Le 5 novembre 2019, près de 500 enfants des écoles et collèges des Alpes Maritimes étaient réunis à Marineland pour participer à une journée de sensibilisation à la préservation des océans et à la connaissance de la mégafaune marine. Une dizaine de questions m'ont été posées lors de la visioconférence émise en direct, malgré une connexion assez difficile due aux mauvaises conditions météorologiques (vagues déferlantes et vent très présent qui faisaient beaucoup bouger le bateau).

Des ateliers de sensibilisation aux gestes qui sauvent étaient également présentés par les pompiers du SDIS 06 à des enfants heureux de leur journée de découverte. Des élus des communes d’Antibes et de Biot étaient également présents et ravis de cette initiative autour d’une noble cause. Une belle aventure que je suis toujours heureuse de partager avec les enfants !

 

Prochaine étape

Cette course a été l’occasion d'optimiser le cahier des charges de mise en état du bateau pour le prochain objectif : Vendée Globe 2020 mais aussi de confirmer ma sélection. En effet, je suis, à ce jour, la seule femme qualifiée et sélectionnée pour ce tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance qui partira dans moins d'un an.

Nous travaillons d'ores et déjà à la suite, au chantier d'optimisation du bateau nécessaire pour pouvoir s'exprimer de belle manière sur le Vendée Globe. Nous avons besoin d'un partenaire titre pour réaliser ce projet. Je suis sur le pont à terre comme en mer et prête à relever tous les défis avec une équipe et des partenaires 100% motivés et engagés.

 

"Navigatrice talentueuse et tenace, Alexia, grâce à sa participation à toutes les courses du circuit des Globe Séries, a assuré sa participation au prochain Vendée Globe tant convoité et acquis un belle expérience au large en IMOCA !

Son joli projet pour la préservation des océans, correspond parfaitement à sa passion du large.

Sur son « Pingouin », plusieurs tour du monde à son actif, Alexia, grande communicante,  saura partager cette grande aventure avec nous tous." - Sylvie VIANT directrice de Course de la Transat Jacques Vabre